La Maison-Blanche et les journalistes: Les meilleurs ennemis du monde | Monde | Actualités | Le Soleil

«Vous aurez besoin d'un nouveau nez»

Au début, les nouveaux présidents essayent souvent d’amadouer la presse. George Bush donne des patronymes à des journalistes, peut-être pour développer une complicité avec eux. À cause de leur taille, deux correspondants à la Maison-Blanche sont rebaptisés «Super Strech» et «Little Strech». La journaliste de CNN Candy Crowley se fait appeler «Dulce», un synonyme de «Douce». Moins appréciée, la chroniqueuse du New York Times Maureen Down est surnommée «le cobra» .24

Hélas, les bonnes intentions ne durent jamais longtemps. À la fin, tous les présidents estiment qu’ils sont injustement traités. À NOUS. John F.Kennedy accuser le New York Times de ressortir périodiquement le même éditorial «pourri» sur son «manque de leadership», en modifiant quelques mots. Lyndon B. Johnson blâme les communistes, qui exercent selon lui «une grande influence» sur toutes les chaînes de télévision, à l’exception de ABC.25 Hillary Clinton évoque une vaste «conspiration de la droite» pour abattre son époux Bill.26

En décembre 1950, Harry Truman pique une crise de nerfs lorsque le chroniqueur musical du Washington Post écrit une mauvaise critique d'un concert donné par sa fille Margaret. Il rédige une lettre vengeresse. «Je viens de lire votre critique vicieuse du concert de Margaret, écrit-il au journaliste. Un jour, j’espère que nous allons nous rencontrer. Mais quand ça va arriver, vous aurez besoin d’un nouveau nez, de plusieurs steaks pour couvrir vos yeux au beurre noir et peut-être même de quelqu’un pour vous porter. »27

Même le pacifique Jimmy Carter perd les pédales. Il se dit convaincu que la presse ne cherche qu'à le prendre en, pour le crucifier dans un reportage de «47 secondes». Un jour, à bord d’Air Force One, son porte-parole Jody Powell lance un vin à la figure d’un verre journaliste. «Ce qui m’écœure le plus, ce n’est pas que tu écrives des choses dégueulasses sur nous, hurle-t-il. C’est que tu aies l’air d’aimer ça … »

Jusqu’à preuve du contraire, les menaces entre présidents et journalistes ne dégénèrent pas en affrontement physique. Sauf une fois. Le 14 décembre 2008, à Bagdad, un journaliste irakien lance deux souliers à la figure de George W. Bush, en criant: «Espèce de chien, voilà le cadeau d’adieu du peuple irakien. Ça, c’est pour les veuves et les orphelins de ceux qui ont été tués en Irak ».28

Le journaliste est condamné à trois ans de prison. Il en ressortira au bout de neuf mois.

Le président s’en tire mieux. Non seulement il parvient à esquiver les projectiles, mais encore il fait de l’humour.

– La seule a choisi que je peux dire, c’est il s’agit d’une pointure 10.

La dinde et les vautours

Tous les présidents recherchent des recettes pour passer par dessus les journalistes et parler directement aux électeurs. Franklin D. Roosevelt devient un maître de l’allocution radio. John F. Kennedy s’en remet à la télé, avec des conférences de presse en direct, planifiées à la virgule près. On dit que Monsieur regarde ensuite les enregistrements, en riant de ses propres blagues. Plus près de nous, Barack Obama excelle dans l’atmosphère détendue des talk-shows de fin de soirée, où il est toujours accueilli avec complaisance.

Aujourd’hui, grâce aux réseaux sociaux, Donald Trump peut s’adresser directement à plus de 68 millions d’abonnés, notamment sur Twitter, Facebook ou Instagram. La partisanerie grandissante des médias joue aussi en sa faveur. À gauche, le président voue une haine particulière à la chaîne CNN, qui le lui rend bien. À droite, il agit comme si la chaîne conservatrice FOX News constituait son agence de presse officielle. Au point de téléphoner directement à la pdg Suzanne Scott pour se plaindre du travail de journalistes ou d’animateurs qui manquent d’enthousiasme à son regard.29

Donald Trump domine le monde médiatique comme peu de présidents ont fait avant lui.30 Ce qui lui permet de répéter des phrases comme «je suis en guerre contre les médias», «les journalistes répertoriés parmi les êtres humains les plus malhonnêtes» ou «Les médias sont les ennemis du peuple», ajoute-t-il.31 Même au moment de gracier une dinde de l'Action de grâce, le président s'attaque aux médias. «Quoi il arrive, je m’attends à ce que mon geste soit très populaire dans les médias, a-t-il expliqué l’an dernier. Après tout, les dindes sont les apparentes aux vautours. »32

Dans son récent livre Les présidents contre la presse, l’auteur Harold Holzer s’interroge sur l’avenir des relations houleuses entre les médias et le président. Il remarque que la presse a survécu à tous les dangers (censure, fermetures arbitraires, arrestations, etc.). Mais il s’interroge. «Qu’est-ce qui représente le plus grand danger pour la société? demande-t-il. Des médias hyperpartisans qui recherchent désespérément à garder leurs lecteurs et leurs auditeurs, ou une présidence qui dispose d’un accès direct à des millions d’admirateurs se comportant comme les membres d’une secte? »33

Parfois, on s’ennuie de l’humour un peu pépère d’un Johnny Carson. En 1992, le futur président Bill Clinton suscite un éclat de rire généralisé en avouant qu'il a «essayé» la marijuana, mais sans «inhalateur» la fumée. L’humoriste réplique aussitôt. «C’est précisément le problème avec les démocrates. Même lorsqu’ils font quelque chose de mal, ils n’arrivent pas à le faire correctement. »34

* L’auteur est le journaliste Joe Klein, auquel Bill Clinton avait donné accès aux coulisses de sa campagne.

Remarques

(1) Harold Holzer, Les présidents VS. La presse, Dutton, 2020.

(2) «JFK a également eu des problèmes avec les médias», USA Today, 13 octobre 2013.

(3) «Une brève histoire de la léthargie présidentielle», The Conversation, 15 février 2019.

(4) «Jimmy Carter a été une fois attaqué par un lapin. Sur un bateau », The Washington Post, 9 mars 2017.

(5) «Groenland: Trump critique le« méchant »Danemark pour une visite annulée», bbc.com, 21 août 2019.

(6) «La journée de presse bizarre de Donald Trump a été une véritable crise de destitution», The Guardian, 3 octobre 2019.

(7) «Misunderestimate» en tête de liste des Bushismes notables, CNN News Wire Service, 8 janvier 2009.

(8) Charles Osgood, A Funny Thing Happened on the Way to the White House, Hyperion Books, 2008.

(9) Harold Holzer, Les présidents VS. La presse, Dutton, 2020.

(10) U «.S. Escalates Online Attacks on Russia's Power Grid », The New York Times, 15 juin 2019.

(11) «De nouvelles bandes révèlent la profondeur de l’antisémitisme de Nixon», The Washington Post, 6 octobre 1999.

(12) «Trouvé? Les derniers bugs de la Maison Blanche Nixon », Wired, 28 juillet 2011.

(13) John Dickerson, Le travail le plus dur du monde: la présidence américaine, Random House, 2020.

(14) «Trump fait rage à propos des fuyards. Obama les a poursuivis tranquillement », The Washington Post, 8 juin 2017.

(15) «Trump fait la guerre à la presse, mais Obama était-il bien meilleur pour les journalistes?» Variété, 24 avril 2018.

(16) «Dans la dernière année d’Obama, les États-Unis ont dépensé 36 millions de dollars en poursuites FOIA», PBS, 14 mars 2017.

(17) «Annulez le« Prix de la transparence »du président Obama maintenant», The Guardian, 14 juin 2011.

(18) Anonyme, Couleurs primaires, Presse de la cité, 1996.

(19) John Dickerson, Le travail le plus dur du monde: la présidence américaine, Random House, 2020.

(20) «Le pénis présidentiel: une brève histoire», La Nouvelle République, 4 mars 2016.

(21) «Fact Check: Trump a passé beaucoup plus de temps dans les clubs de golf qu'Obama n'en avait au même point», cnn.com, 25 mai 2020.

(22) Axios, Président Donald Trump Horaires privés, du 7 novembre 2018 au 2 février 2019

(23) «Bush« Caught Short »au sommet de l'ONU», BBC News, 15 septembre 2005.

(24) «Turd Blossom», «Pootie Pot» – Voici les surnoms que George W. Bush a donnés aux dirigeants mondiaux, aux politiciens, aux journalistes, Reuters, 2 août 2017.

(25) Joseph A. Califano, Le triomphe et la tragédie de Lyndon B. Johnson, Touchstone, 1991.

(26) «Le président sous le feu: la première dame attribue une enquête à une« conspiration de droite »», The New York Times, 28 janvier 1998.

(27) Harold Holzer, Les présidents VS. La presse, Dutton, 2020.

(28) «Il y a 10 ans, un journaliste irakien a jeté ses chaussures sur George W. Bush et est instantanément devenu une figure culte», The Washington Post, 14 décembre 2018.

(29) «Trump a appelé le directeur de Fox News à se plaindre de la couverture: rapport», The Hill, 13 octobre 2019.

(30) «La domination médiatique de Trump a alimenté son ascension – et pourrait maintenant se retourner contre lui», FOX News, 9 septembre 2020.

(31) La «guerre contre les médias» de Trump – qu’apportera le briefing d’aujourd’hui? Politico, 23 janvier 2017.

(32) «Trump Pardons Butter the Turkey with a Side of Impeachment Jokes», The Guardian, 26 novembre 2019.

(33) Harold Holzer, Les présidents VS. La presse, Dutton, 2020.

(34) «Bill Clinton a dit qu'il« n'avait pas inhalé »il y a 25 ans – mais l'histoire des présidents américains et de la drogue est bien plus ancienne», Time Magazine, 29

Leave a Comment