Un parcours de golf se compose d'une série de trous, chacun avec un terrain de départ qui est mis en valeur par deux marqueurs indiquant les limites de la zone de départ légale, fairway, rugueux et autre dangers, et le vert entouré par la frange avec la broche (normalement un drapeau) et la tasse.

Les niveaux d'herbe sont variés pour augmenter la difficulté, ou pour permettre de mettre dans le cas du green. Alors que de nombreux trous sont conçus avec une ligne de vue directe de la zone de départ vers le vert, certains trous peuvent se plier vers la gauche ou vers la droite. Ceci est communément appelé un “dogleg”, en référence au genou d'un chien. Le trou est appelé “dogleg gauche” si le trou est incliné vers la gauche et “dogleg droite” s'il se plie vers la droite. Parfois, la direction d'un trou peut se plier deux fois; c'est ce qu'on appelle un “double dogleg”.

Un parcours de golf typique se compose de 18 trous, mais les parcours de neuf trous sont communs et peuvent être joués deux fois pour une ronde complète de 18 trous.

Chaque partie de golf est basée sur la lecture d'un certain nombre de trous dans un ordre donné. Un «round» se compose généralement de 18 trous qui sont joués dans l'ordre déterminé par la disposition du parcours. Sur un parcours de neuf trous, un tour standard se compose de deux tours de neuf trous consécutifs.

Jouer un trou sur un terrain de golf est initié en mettant une balle en jeu en la frappant avec un club sur l'aire de départ (aussi appelé tee-box, ou simplement tee). Lorsque ce coup initial (ou “ tir '') doit être long en raison de la longueur du trou, il est habituel (mais pas obligatoire) pour un golfeur de suspendre (ou “ tee-up '') la balle sur un tee avant de le frapper. Un tee dans ce dernier sens est une petite cheville qui peut être utilisée pour élever la balle légèrement au-dessus du sol jusqu'à quelques centimètres de haut. Cette élévation est à la discrétion du golfeur. Les tés sont généralement en bois mais peuvent être construits en n'importe quel matériau; la balle peut même être accrochée sur un monticule d'herbe ou de terre (à un moment donné, un petit tas de sable placé par le golfeur était couramment utilisé et du sable était fourni sur les terrains de départ pour les golfeurs).

Lorsque le tir initial sur un trou est un tir à longue distance destiné à déplacer le ballon sur une grande distance le long du fairway, ce tir est communément appelé un «drive». Les trous plus courts sont généralement initiés avec des clubs plus courts appelés fers. Une fois que le ballon est au repos, le golfeur le frappe à nouveau autant de fois que nécessaire en utilisant des tirs qui sont connus sous le nom de “lay-up”, “d'approche”, de “pitch” ou de “chip”, jusqu'à ce que le ballon atteint le green, où il ou elle «met» ensuite la balle dans le trou (communément appelé «couler le putt»). Le but de faire entrer le ballon dans le trou (“trouer” le ballon) en aussi peu de coups que possible peut être entravé par des obstacles tels que des zones d'herbes longues dites “rugueuses” (généralement situées le long des fairways) qui ralentissent toutes les balles qui entrent en contact et rend plus difficile d'avancer une balle qui s'est arrêtée sur elle, des bunkers (ou des pièges à sable) et des hazrads d'eau. Dans la plupart des formes de jeu, chaque joueur joue sa balle jusqu'à ce qu'elle soit trouée.

1 = terrain de départ, 2 = obstacle d'eau, 3 = accidenté, 4 = hors limites, 5 = bunker de sable, 6 = obstacle d'eau, 7 = fairway, 8 = green, 9 = drapeau, 10 = trou

Golf Drive Shot
Drive Shot

En mettant